• Document: LESSIVAGE ET PODZOLISATION
  • Size: 208.83 KB
  • Uploaded: 2019-03-24 01:46:33
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

REVUE FORESTIÈRE FRANÇAISE 647 LESSIVAGE ET PODZOLISATION Indice bibliographique: F 11.42.34 La dégradation des sols des forêts de l'Ouest de la France, si fréquemment observée, donne lieu à deux processus différents, qui souvent se complètent mutuellement — le lessivage précédant et •prépprant normalement la podzolisation — mais qui peuvent aussi se produire l'un ou l'autre séparément, notamment dans les cas suivants : a) Lessivage seul; il s'observe lorsque la dégradation de la fo- rêt, peu accentuée, est freinée, et rapidement suivie d'une phase de reconstitution. b)Podzolisation seule. Celle-ci est immédiate lorsque les condi- tions sont exceptionnellement favorables à ce processus : climat à caractères atlantiques très accentués (climat breton) et roche-mère, sableuse, très filtrante et très pauvre (Landes de Gascogne). Dans ces cas, la Lande, prenant d'emblée possession de stations peu pro- pices à la forêt, exerce aussitôt son action podzolisante. A l'appui de nos observations, exposées dans un travail anté- rieur (1), nous utiliserons les résultats d'études récemment pour- suivies par nous, en collaboration avec M. MILLOT, professeur à l'Ecole de Géologie de Nancy, et au cours desquelles les spectres aux rayons X de la fraction fine (inférieure à 0,5 μ) de divers ho­ rizons ont été examinés et comparés, pour de nombreux sols fo- restiers. Nous résumerons les principales conclusions que nous avons pu tirer de ces travaux, en ce qui concerne ces deux pro- cessus pédologiques et essayerons d'en déduire quelques conclu- sions pratiques. I o L E LESSIVAGE a) Définition et origine Le lessivage résulte d'une recrudescence des processus d'entraî- nement mécanique des substances colloïdales, liée à une diminution d'activité biologique du sol forestier et à une acidification (encore modérée) de l'humus. Le point de départ est l'apparition dans la forêt de vides, ou de clairières (dus le plus souvent à l'action humaine ou biotique), expo- (1) Ph. DUCHAUFOUR. — Recherches écologiques sur la Chênaie atlantique française. Ann. Ecole Nat. Eaux Forêts. Tóme X I , fase, i, 1948. Ó48 REVUE FORESTIERE FRANÇAISE sant la surface du sol à une insolation trop intense, et souvent à une véritable dessiccation. Il en résulte une diminution de l'acti- vité biologique, donc une acidification de l'humus forestier, qui se disperse et favorise du même coup la dispersion de l'argile; la structure grumeleuse originelle, qui empêchait tout entraînement des colloïdes est ainsi détruite. En même temps, les phénomènes de « remontée » des éléments fins exercée par les animaux du sol diminuent d'intensité, de sorte que les colloïdes du sol ont tendance à être lessivés vers la profon- deur : ce danger de lessivage est évidemment d'autant plus accen- tué que.la roche-mère est plus filtrante et pauvre en bases capables de floculer les colloïdes (sables, argiles à silex caillouteuses, etc.). b) Processus On constate que le sol brun faiblement lessivé de la forêt se transforme en sol lessivé (appelé aussi faiblement podzolique), l'humus devient plus noir et la structure en grumeaux est détruite ; l'horizon lessivé A 2 , appauvri en fer ou en argile, prend une cou- leur claire, beige ou jaune, alors qu'en profondeur l'horizon d'ac- cumulation Β acquiert une structure compacte et un aspect relati­ vement foncé (rouille). Les analyses aux rayons X des éléments fins montrent que les horizons A2 et Β contiennent essentiellement des argiles de même composition; seules la quantité de ces argiles ainsi que celle des oxydes de fer diffèrent, l'horizon Β pouvant en contenir 3 à 5 fois plus que l'horizon A. Il s'agit donc bien d'un simple entraî- nement, sans aucune modification chimique des éléments minéraux, ce qui explique l'utilisation du vocable: lessivage. Θη peut admettre que l'argile est entraînée sousi forme de com- plexe argilo-humique dispersé, l'humus acide « protégeant » l'ar- gile contre la floculation (à l'inverse de l'humus calcique). Quant au fer, il est surtout dispersé par la silice et entraîné sous forme de complexes ferro- et ferri-siliciques : il est important de constater qu'à ce stade seul migre le fer, se trouvant dans le sol à l'état « libre » sous la forme d'oxydes plus ou m\oins hydratés. Le forestier dispose dans l'étude de la flore d'un bon moyen de diagnostic: les sols fortement lessivés sont en effet caractérisés par la disparition de la flore d'humus doux et son remplacement par une végétation d'espèces acidophiles sociales, telles que la Fou- gère Aigle et la Canche flexueuse. On observe parfois aussi l'ap- parition de taches localisées de Callune. c) Conséquences Un sol lessivé se comporte en sol forestier de valeur médio- cre, la

Recently converted files (publicly available):