• Document: RECITS DE VIE ET CONQUETE DE SOI : HENRI DESROCHE ET PAUL-HENRY CHOMBART DE LAUWE
  • Size: 148.77 KB
  • Uploaded: 2018-10-14 17:01:57
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

Thierry Paquot Institut d'urbanisme de Paris, Université Paris XII - Val-de-Marne RECITS DE VIE ET CONQUETE DE SOI : HENRI DESROCHE ET PAUL-HENRY CHOMBART DE LAUWE Attentifs à la « question sociale », loin des feux de la rampe, deux anthropologues ont contribué, chacun à sa manière, à la communication sociale, entendue comme une relation entre un individu et un collectif, dans le respect de ces deux entités à la configuration changeante. Ces deux intellectuels « préoccupés » plus qu'« engagés » sont Paul-Henry Chombart de Lauwe ( 1 9 1 3 - 1 9 9 8 ) et Henri Desroche ( 1 9 1 4 - 1 9 9 4 ) , ils sont de la même génération, appartiennent à la même mouvance du catho- licisme social critique et ils ont été influencés un temps par le marxisme. Ce sont également des collè- e gues de la V I section de l'Ecole pratique des hautes études, devenue ensuite Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), qui progressivement ouvrent leurs enseignements au tiers-monde et au monde, percevant intuitivement que dorénavant le local s'enlace au mondial et réciproquement. Tous les deux ont une démarche intellectuelle et une production éditoriale difficiles à classer. En effet, pour mener à bien leurs diverses investigations, ils puisent à différents savoirs (sociologie, histoire sociale et économique, théologie, histoire des idées, philosophie...). Ayant eu l'immense 1 privilège d'être associé à la rédaction de leurs mémoires et donc de lire l'ensemble de leur œuvre, de fouiner dans leurs archives et de les rencontrer longuement, je crois que l'appellation d'« anthropologue » les satisferait. En effet, c'est l'humanité de l'humain qui les taraude, c'est ce mystère-là (celui de Y être) qu'ils chercheront toujours à percer, comprendre, analyser, révéler, saluer. Ce sont des anthropologues au sens philosophique du terme, et aussi dans une certaine mesure au sens ethnographique. En effet, Henri Desroche réalisa une thèse sur une « ethnie », qui a depuis longtemps disparu (les Shakers américains), après avoir obtenu l'aval de Claude Lévi-Strauss ; de son côté, Paul- Henry Chombart de Lauwe collabora avant-guerre aux cours de Marcel Mauss et partit en mission au HERMÈS 48, 2007 155 Thierry Paquot nord du Cameroun, tandis qu'après-guerre, en 1 9 4 9 , il monta et dirigea le Groupe d'ethnologie sociale (devenu en 1 9 5 9 Centre d'ethnologie sociale). En fait, tous les deux visent à saisir l'Homme dans la pluralité de ses aspirations, tant indivi- duelles que collectives. Ces deux intellectuels mettent toujours en avant la coopération. Henri Desroche a été fortement marqué par l'idéal chrétien de la communauté lors de sa période religieuse (il est dominicain jusqu'en 1950). Après, il ne cesse de construire des coopératives et il anime le Collège coopératif, créé en 1959, ainsi que les Archives internationales de sociologie de la coopération qu'il lance dès 1957. Quant à Paul-Henry Chombart de Lauwe, il insuffle l'esprit coopératif dans les « recherches-actions » qu'il organise et supervise, et il termine sa carrière comme président du Comité d'orientation du réseau de recherche coopérative internationale (ARCI). Sans vraiment se fréquenter, 2 ils ne se perdaient pas de vue, s'estimaient grandement et partageaient quelques références, à leurs yeux majeures, comme Roger Bastide, le Père Lebret et Marcel Mauss, sans oublier les utopistes et Fourier en particulier. Il n'est pas question ici de présenter, même rapidement, leurs apports respectifs aux sciences humaines et sociales, et de tenter d'en comprendre leurs relatives marginalités, tant à l'université que dans les médias, mais de s'attarder sur leur manière defaire de la communication sociale. J e m'explique : tous les deux étaient intimement persuadés que chaque individu possède, sans toujours la reconnaître et la valoriser, une réelle richesse, faite de possibilités créatives et de potentialités relationnelles, qui se trouve bridée par l'éducation, la famille, les institutions ou la hiérarchie spécifique au monde du travail, bloquée par divers mécanismes psychologiques, dominée par un sentiment d'infériorité ou de dépendance. Seul un travail sur soi à partir des autres peut déverrouiller le sujet de l'intérieur et l'ouvrir à lui-même et aux autres, et révéler cette richesse. La communication est alors ce processus d'interac- tion entre soi et autrui, qui permet, par la médiation, une conscientisation inestimable. L'écoute, révélateur de soi Paul-Henry Chombart de Lauwe est un « individu-groupe » : j'entends par là qu'il cherche toujours à faire group

Recently converted files (publicly available):