• Document: 1) Les cours d eau. 1.1) définitions, morphologie
  • Size: 3.02 MB
  • Uploaded: 2019-08-02 15:01:00
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

1) Les cours d’eau 1.1) définitions, morphologie Bassin versant : étendue drainée par un cours d’eau et l’ensemble de ses affluents, le tout limité par une ligne de partage des eaux entité topographique et hydrographique dans laquelle se produisent des entrées d’eau sous la forme de précipitations. Réseau hydrographique : ensemble d' écoulement linéaire, hiérarchisé et structuré, dans lesquels s’expriment les processus de transfert d’eau et des sédiments. Il assure le drainage d'une portion d'espace délimitée par des lignes de partage des eaux, appelée bassin versant ou bassin hydrographique. P64 Types de réseaux hydrographiques fonction de la nature et de la structure du substrat rocheux et des sols Dendritique, en treillis Radial, annulaire Rectangulaire, dérangé anastomosé ou en tresse P65 Capture: détournement d'une partie d'un cours d'eau par l'affluent d'un autre cours d'eau : - par érosion régressive -par déversement  instabilité spatio-temporelle du réseau hydrographique P66 Cours d'eau : - Lit fluvial - Lit majeur ou plaine d'inondation - Lit ordinaire - Chenal d'étiage P67 Types de cours d'eau à chenal unique: rectiligne ou bien à méandres à chenaux multiples: anastomosé ou bien en tresse P68 la morphologie du chenal dépend de : -vitesse d' écoulement, -charge et nature du sédiment transporté, -cohésion des berges, -nature du lit… Lorsque le débit augmente, force d’érosion augmente, lors de l’inondation, baisse de la vitesse du courant = dépôts alluvions, bouchons … Détermine différentes formes de lit : méandres, tresses, anastomoses Différentes morphologies : Terrasses: lit abandonné par incision: le cours d'eau coule en contre bas de la terrasse qui reste, contrairement au lit majeur, hors de portée des crues Torrent: cours d'eau (épisodique) de montagne P69 Oued: écoulement spasmodique de région aride, temporaire ou saisonnier, concentré dans un lit et parfois organisé en réseaux Variation du niveau d’eau Source : il n’y a pas une source mais de multiples sources … Affluents : notion hiérarchique (l’un apporte à l’autre) même si des fois c’est des « fleuves » analogues Confluence : mélanges des eaux pas toujours rapide car des fois des propriétés très différentes. Confluence souvent caractérisée par des dépôts en masse, des îles (instables), des faux bras … Gorges et canyons : tronçons étroits, le fleuve occupe en eaux moyennes la totalité du lit, pas de capacité de débordement. Exploitation d’une ligne de faiblesse lithologique. Variation de débit = montée brusque des eaux … Rapides et chutes : rapide = passage avec fort dénivelé sur lequel le fil de l’eau se brise Chute = basculement d’un plan horizontal supérieur à un plan horizontal inférieur Chutes les plus célèbres : chutes du Zambèse, du Niagara. En Europe, les chutes du Rhin dans le Nord de la Suisse Deltas, estuaires P70 Lacs : régulation des régimes fluviaux, réceptacles des eaux, « zones humides » (sens commun) : marais, marécages, tourbières, ornières… : stockent les précipitations et régularisent le transfert de celle ci vers les chenaux d’écoulement : elles amortissent les crues et soutiennent les étiages.  Réduction des zones humides = amplification des débits extrêmes 1.2) classification des fleuves Fleuve pondéré ou excessif (en fonction des variations de son débit) Fleuve régulier ou « capricieux » en fonction des variations saisonnières Fleuve : 1) écoulement liquide soumis à des variations saisonnières et/ou inter-annuelles (fn des précipitations, de l’évaporation, des végétaux…) 2) ensemble des cours d’eau affluents qui contribuent à la formation et à la fluctuation des débits et qui assument un écoulement pérenne ou intermittent Module : moyenne des débits moyens annuels à l’exutoire d’un bassin (calculé sur une longue période). Débit : quantité d’eau écoulée en un temps donné à un point donné Etiage : le plus bas niveau des eaux (ou le plus faible débit) Critères pour caractériser un grand fleuve : superficie du bassin versant, importance de son module, débit Si critères = débit de 1000 m3/s et 100 000 km2 de bassin versant, alors aucun « grand » fleuve en France ! Très grands fleuves mal connus et pourtant les 17 très grands fleuves = 38% de l’écoulement des continents vers les océans) Critère des hydrobiologistes : qd un tronc d’arbre n’obstrue pas ! (soit à partir de 20 m de large !) P71 P72 En général: le débit, la profondeur et la largeur du cours augmentent de l’amont vers l’aval tandis que diminue corrélativement la pente, la vitesse du courant et la g

Recently converted files (publicly available):